Être aussi le porte-voix des préoccupations locales

Mercredi 31 mai, Jean-François Legaret s’est entretenu avec Philippe Macret, référent du conseil de quartier Europe, Emmanuelle Dufour, présidente de l’association des parents d’élèves (APE) Fénelon et résidente du quartier de l’Europe, ainsi qu’Emmanuel Garot, président des APE Florence-Moscou et Condorcet.

Tous déplorent la lente détérioration de ce quartier du 8e arrondissement (insécurité, insalubrité, bruit, etc.) où, pourtant, le cadre et la qualité de vie étaient autrefois comparables à ceux d’une petite communauté familiale.Plusieurs exemples traduisent l’exaspération des riverains : 

  • la sempiternelle réapparition de dealers que la police ne peut qu’écarter provisoirement ;
  • le stationnement illégal mais impuni de camionnettes boulevard des Batignolles ;
  • la désuétude de l’école élémentaire Florence ;
  • l’arrivée de 84 familles dans l’ancien local de l’Institut national de la propriété industrielle (INPI) …

Autant de dossiers afférents à l’ordre public que maîtrise parfaitement Jean-François Legaret. Fort de sa longue expérience de terrain, le candidat LR/UDI entend ainsi être à l’Assemblée nationale le porte-voix de ces préoccupations locales.

Priorité à la santé

La santé est pour Jean-François Legaret l’un des enjeux prioritaires de cette campagne législative. Ce lundi 29 mai, accompagné des élues du 8e arrondissement Catherine Lecuyer (conseillère de Paris) et Eve Desbonnets (conseillère d’arrondissement), il s’est rendu au centre de santé « Ellasanté! » créée en 2015 et installée rue d’Astorg (Paris 8e).


Présidé par Emmanuelle Leclerc et composé d’une équipe pluridisciplinaire regroupant spécialistes et médecins généralistes, « Ellasanté! » est aujourd’hui le premier centre de santé prioritairement dédié à la prévention médicalisée.

Sa mission : permettre aux patients d’identifier leurs facteurs de risque afin d’adapter au cas par cas leurs comportements quotidiens ; et améliorer, grâce à une médecine de prévention personnalisée et à l’utilisation de thérapeutiques non médicamenteuses validées (nutrition, activité physique, gestion du stress et du sommeil), la prise en charge des maladies chroniques.

Il s’agit là d’un immense enjeu de santé publique, alors que la France ne consacre à la prévention que 2 % de ses dépenses de santé – très loin de certains pays européens comme la Finlande (7 % !) et en retrait par rapport à la moyenne des pays de l’OCDE (3 %).

Tout au long de la visite, où il a notamment eu le plaisir de rencontrer le cardiologue Alain Ducardonnet, Jean-François Legaret était également accompagnée de Marie Dewavrin, déléguée générale d’« En avant la santé ! », association qui, par le biais d’ateliers interactifs et pratiques (200 en 2017 !), s’attache à promouvoir l’éducation à la santé et au bien-être.

Merci à M. Vahidi Farzad, propriétaire du Jet Set, pour son formidable accueil

Au terme d’une journée de campagne une fois encore soutenue, Jean-François Legaret est allé à la rencontre des restaurateurs du quartier de St Philippe du Roule (Paris 8e). Il a évoqué avec eux les problèmes de sécurité – autre sujet capital de cette campagne – qui mettent en péril leur commerce et contre lesquels le candidat LR-UDI s’est engagé à agir sans relâche.

Au restaurant Mont Liban, en compagnie de son propriétaire Richard Hayek

Du terrain, encore du terrain, toujours du terrain !

Week-end très intense de mobilisation à la rencontre et à l’écoute des préoccupations et des attentes des Parisiens des 1er, 2ème, 8ème et 9ème arrondissement : tractages, collages et même randonnée cycliste à travers la circonscription législative.

Dans le 8ème arrondissement avec notamment Eve, Mehdi et Clotilde
Jean-Baptiste, Roméo et Charles dans le 9ème
Christel, Marie-Noëlle et Erwan dans le 2ème
Dans le 1er, sur le marché Montmartre, avec notamment Josy et l’ancien Ministre Frédéric de Saint-Sernin

Rassemblement place de la Madeleine mercredi 24 mai

Grand rassemblement mercredi 24 mai Place de la Madeleine pour partager nos convictions, nos idées et nos valeurs.

Merci pour cette véritable énergie collective et en route pour la Victoire !

Avec Eve Desbonnets, Jean-Baptiste Gardes, Christel Toriello, Emmanuel Caldaguès, Catherine Mathon, Marc Mutti, Martine Figueroa, Josy Posine et d’autres militants et élus.

Rencontre avec les responsables associatifs et les commerçants de la rue de Ponthieu

Nouvel après-midi de terrain ce mercredi 24 mai, cette fois-ci quartier de Ponthieu dans le 8e arrondissement de la capitale. Rendez-vous était pris par Jean-François Legaret et son suppléant, Jean-Baptiste de Froment, avec Hélène Parmentier, présidente de l’association locale “Ponthieu d’Abord(s)”, et Caroline Pailloux, membre de “PDA”.

Habitant toutes les deux le quartier de Ponthieu depuis maintenant douze ans, mères l’une et l’autre de trois enfants, Hélène Parmentier et Caroline Pailloux ont assisté à la dégradation du cadre et de la qualité de vie dans le quartier.

Jean-François Legaret et Jean-Baptiste de Froment ont pris bonne note des propositions de l’association pour résoudre les principaux problèmes du quartier : nuisances sonores diverses qui découragent les locataires et pénalisent les propriétaires-bailleurs ; problèmes de circulation rendant impraticables certains tronçons de rues ; trottoirs trop étroits compliquant le cheminement des piétons, notamment les plus fragiles d’entre eux ; insécurité récurrente malgré les gros efforts déployés par la police ; mendicité juvénile, etc.

Fort de sa longue expérience dans le 1er arrondissement et des différentes solutions qu’il a su trouver pour des problèmes similaires, Jean-François Legaret leur a indiquées les démarches à suivre et s’est engagé, en cas d’élection en juin prochain, à les soutenir dans leurs projets associatifs.

La politique familiale malmenée par la gauche

La campagne se poursuit sans répit. Ce mardi 23 mai, Jean-François Legaret a d’abord rencontré les présidents des Associations familiales catholiques (AFC) des 8e et 9e arrondissements, Dominique Limarola et Geneviève Verdet. Chantal Tiberghien, ancienne conseillère UMP du 8e et adhérente des AFC, était également présente.

Cette rencontre fut pour Jean-François Legaret l’occasion de partager sa vision de la politique familiale, malmenée ces dernières années par la gauche, au niveau national comme à Paris. Ainsi du rabotage de dispositifs pourtant favorables aux familles nombreuses, comme par exemple la carte Paris-Famille, ou la mauvaise gestion du parc locatif social qui incite les familles à quitter la capitale aux dépens de sa démographie.

En compagnie d’Hélène Maisto-Rouquette, responsable des stands commerçants à la fête de Fénelon, Jean-François Legaret est ensuite allé à la rencontre des différents commerçants des rues du Rocher puis de Miromesnil. Bouchers, boulangers, papetiers et restaurateurs ont tous réservé un accueil très chaleureux au candidat de la droite et du centre.

Les riverains de la rue Treilhard apprécient les compétences et l’expérience

La campagne se poursuit tambour battant : c’est au restaurant 65 Th bis, vénérable institution du quartier de l’Europe, que se tenait le café politique de ce lundi 22 mai.

Organisé par Marie-France F., venue en voisine et amie, il a réuni autour de Jean-François Legaret et Jean-Baptiste de Froment pas moins de 70 riverains et sympathisants – en plus des élues du 8ème présentes : Catherine Lecuyer (conseillère de Paris du 8ème arrondissement), Eve Desbonnets (conseillère LR du 8e arr.), Sophie Boyer Chammard (conseillère « sans étiquette » du 8e arr.), Clotilde Derouard (conseillère UDI à la région Île-de-France).

Il fut bien sûr question de l’actualité politique, et plus spécifiquement de l’absolue nécessité de dégager, à l’occasion des élections législatives des 11 et 18 juin prochains, une majorité parlementaire LR/UDI soutenant l’action d’un gouvernement capable de conduire les réformes indispensables au relèvement de la France.

Deux thèmes proches ont concentré l’attention des participants : le délabrement des finances publiques et l’insécurité galopante. À l’État-Mammouth, que la gauche ne sait diriger qu’à coups de dépenses publiques et de prélèvements obligatoires, doit succéder un État recentré sur ses missions régaliennes, mieux à même d’assurer la sécurité des Français.

Jean-François Legaret et Jean-Baptiste de Froment bénéficient en ces domaines d’une expérience saluée de tous. Comme a tenu à le rappeler l’un des participants, Jean-François Legaret était l’adjoint au maire de Paris en charge des finances municipales quand ont baissé pour la dernière fois les impôts locaux des Parisiens.